Quelles sont les différences entre le halage et le levage ?

Les treuils industriels sont classés en première approche dans deux grandes familles : Les treuils dits « de halage » et les treuils dits « de levage », certains étant désignés par le terme « palan ». Cette distinction apparemment anodine a des conséquences importantes car elle oriente la conception vers des référentiels réglementaires et normatifs très différents puisque les risques ne sont pas les mêmes.

Avant de donner quelques références et illustrer brièvement les applications, il nous faut définir les termes halage et levage car ils sont souvent mal interprétés. Si nous considérons les risques encourus les meilleures définitions sont les suivantes :

  • Le levage est une opération de manutention d’une charge à l’aide d’un lien flexible au cours de laquelle, en cas de rupture de ce lien flexible, la charge retourne sans contrôle de sa vitesse à sa position initiale sous l’effet de la seule gravité.
  • Le halage est une opération de manutention d’une charge à l’aide d’un lien flexible au cours de laquelle, en cas de rupture de ce lien flexible, la charge conserve sa position et sa vitesse.

Notons immédiatement que cette définition ne dépend pas de la direction de l’effort exercé en sortie du treuil. En d’autres termes, si le câble sort du treuil dans une direction verticale nous ne sommes pas nécessairement dans le cas d’une opération de levage. De même, si le câble sort du treuil dans une direction horizontale, nous ne sommes pas nécessairement dans le cas d’une opération de halage. La seule question qui permet de distinguer une opération de halage d’une opération de levage est donc la suivante : comment la charge se comporte-t-elle en cas de rupture du lien flexible ?

Notons également que ces définitions sont très restrictives et que dans certains cas, comme par exemple la traction d’un élément roulant sur une faible pente, le domaine du halage peut-être élargi.
Les règlementations et normes concernant les treuils de levage sont nombreuses et détaillées selon les différents secteurs d’activité. Celles concernant les treuils de halage sont en revanche peu nombreuses et moins précises. D’une manière très générale, les premières définissent un niveau de sécurité beaucoup plus haut que les secondes en adoptant des coefficients de sécurité plus grands et des éléments de sécurité supplémentaires tels que, entre autres et à titre d’exemples, des systèmes de limitation de charge ou des indicateurs de fins de course.

Concernant le dimensionnement des treuils de levage, nous pouvons citer (liste non-exhaustive) :

  • Les Directives Machines 2006/42/CE (tout secteurs)
  • La norme FEM 1.001 1998 (secteur du bâtiment / industrie)
  • La série des normes 13000 (secteur de l’industrie en général)
  • La norme NF EN 14492-1 (secteur de l’industrie de la manutention)
  • Le règlement DNV Lifting Appliances (secteur de la construction marine et de l’ingénierie off-shore)
  • Le règlement BV NR526 / NR595 (secteur de la construction marine et de l’ingénierie off-shore)
  • Le règlement ABS Lifting Appliances (secteur de la construction marine et de l’ingénierie off-shore)

Concernant le dimensionnement des treuils de halage, nous pouvons citer (liste non-exhaustive) :

  • La norme NF EN 14492-1 (secteur de l’industrie de la manutention)
  • La norme SAE J706 (secteur de la construction automobile)
  • La norme NF R61-701 (secteur de la construction automobile)
  • La norme DAT 2590X0008 (secteur de la construction des véhicules militaires)

De manière très brève, les applications des treuils de levage concernent tous les systèmes de manutention par élévation de la charge. On les retrouve dans tous les types d’industrie et notamment sur toutes les grues, portiques, pont-roulants, potences et systèmes de levage spéciaux.

Les treuils de halage se retrouvent principalement dans tous les systèmes de remorquage de véhicules, de wagons ou de bateaux ; mais également dans les systèmes de tirage de lignes sous-terraines ou aériennes (câbles électriques, fibres optiques, conduites d’adduction d’eau ou de gaz).

 

< Retour aux actualités