Quelle est la différence entre les treuils à motorisation électrique, hydraulique et pneumatique ?

Les différentes énergies (électrique, hydraulique et pneumatique) sont utilisées pour la motorisation des treuils industriels. Le choix dépend tout d’abord de la disponibilité d’un réseau de puissance : électrique, hydraulique ou pneumatique sur l’engin, le bâtiment, la machine ou le navire devant recevoir le treuil.

Sur un engin roulant (véhicule léger, poids-lourds, engin de chantier ou véhicule militaire) il existe d’une manière générale un réseau électrique de bord en 12V ou 24V courant continu. Le choix d’un treuil électrique équipé d’un moteur à courant continu s’impose en première approche lorsque l’utilisation est occasionnelle comme dans le cas d’opérations de désembourbage.

 

Pour les utilisations plus intensives comme le remorquage ou la manutention spéciale, le treuil hydraulique permettra un fonctionnement réitéré sur des cycles longs sans craindre la surchauffe du moteur. A noter que la solution hydraulique complète comprenant les accessoires hydrauliques nécessaires (réservoir, pompe, distributeur, filtration et flexibles) s’avérera plus onéreuse et plus lourde que le treuil électrique qui se branche directement sur la batterie de l’engin.

 

Pour les applications industrielles terrestres, le choix d’un treuil électrique équipé d’un moteur électrique asynchrone en tension alternative triphasée (230, 400 ou 690 V) est à privilégier de par la présence systématique de réseaux électriques industriels de bonne qualité. La souplesse des contrôle-commandes intégrant des variateurs de fréquence à contrôle vectoriel de flux permet toutes les applications même les plus pointues.

 

Concernant les treuils embarqués sur des navires ou des plateformes en mer, la technologie hydraulique est traditionnellement utilisée car elle apporte une grande souplesse de fonctionnement. Néanmoins, comme évoqué ci-dessus, les progrès de l’électronique de commande et de puissance permettent aujourd’hui la même souplesse pour les solutions à moteur électrique.

De plus, ces dernières rendent possible la réinjection de courant sur les réseaux électriques embarqués issue de la récupération de l’énergie mécanique de descente des charges lors d’applications de levage.

Dans cet environnement marin également, la solution pneumatique peut être envisagée lorsque des risques d’explosion existent.

 

Une approche plus générale du sujet permet d’affirmer aujourd’hui qu’environ 70% des treuils sont équipés de moteurs électriques, 25 % de moteurs hydrauliques et 5% de moteurs pneumatiques. L’évolution ressentie sur la dernière décennie nous laisse à penser que la tendance sera encore pour les années à venir à l’augmentation de la part de l’électrique.

< Retour aux actualités